La nébuleuse de la Patte de Chat

Sur les traces d’un chat cosmique

L’ESO - l’Observatoire Européen Austral - vient juste de diffuser une formidable image du vaste nuage connu sous le nom de la nébuleuse de la Patte de Chat ou NGC 6334. Cette région complexe de gaz et de poussière, où de nombreuses étoiles massives sont nées, se situe près du centre de la Voie Lactée et est fortement obscurcie par des nuages de poussière en avant plan.

Peu d’objets dans le ciel ont été dotés d’un nom aussi bien approprié que la Nébuleuse de la Patte de Chat, un nuage de gaz rougeoyant qui ressemble à une gigantesque empreinte de patte laissée par un chat céleste en balade dans l’Univers. L’astronome anglais John Herschel répertoria le premier NGC 6334 en 1837 pendant son séjour en Afrique du Sud. Bien qu’il ait utilisé l’un des plus grands télescopes au monde de l’époque, Herschel ne semble avoir relevé que la partie la plus brillante du nuage que l’on voit tout en bas à gauche de l’image.

NGC 6334 se situe à environ 5500 années-lumière de la Terre dans la direction de la constellation du Scorpion et couvre une zone du ciel légèrement plus large que la pleine Lune. Le nuage de gaz dans son ensemble s’étend sur environ 50 années-lumière. La nébuleuse apparaît rouge car ses lumières bleue et verte sont dispersées et absorbées plus efficacement par la matière se trouvant dans l’espace qui la sépare de la Terre. La lumière rouge provient essentiellement de l’hydrogène gazeux ionisé par le rayonnement intense de jeunes et chaudes étoiles.

NGC 6334 est une « nurserie » d’étoiles massives parmi les plus actives de notre galaxie et a été étudiée en profondeur par les astronomes. Cette nébuleuse dissimule des étoiles brillantes bleues fraichement créées – chacune atteignant pratiquement dix masses solaires et née dans les derniers millions d’années. Cette région héberge également de nombreuses étoiles « en bas âge », profondément enfouies dans la poussière, ce qui les rend difficiles à étudier. Au total, la nébuleuse de la Patte de Chat pourrait contenir plusieurs dizaines de milliers d’étoiles.

Le très complexe bulbe rouge, dans la partie droite la plus basse de l’image, est particulièrement frappant. C’est comme s’il s’agissait d’une étoile expulsant de grandes quantités de matière à très grande vitesse alors qu’elle s’approche de sa fin de vie ou bien des restes d’une étoile qui aurait déjà explosé.

Ce nouveau portrait de la nébuleuse de la Patte de Chat a été réalisé en combinant des images prises avec la caméra WFI (Wide Field Imager) sur le télescope MPG/ESO de 2,2 mètres de diamètre à l’Observatoire de La Silla au Chili, au travers de filtres bleu, vert et rouge ainsi qu’avec un filtre spécial conçu pour laisser passer le lumière de l’hydrogène ionisé.

source: l’Observatoire Européen Austral (ESO)